Douglas Lowy et John Schiller sont les lauréats du prestigieux prix américain Lasker qui récompense des personnalités de la recherche médicale clinique. Les deux chercheurs du «National Cancer Institute » aux Etats-Unis, ont été primés pour leurs travaux ayant permis le développement des vaccins contre les papillomavirus humains.

Au début des années 1990, J. Schiller et D. Lowy ont réussi à assembler, in vitro, les protéines de la capside des papillomavirus, sous forme de pseudo-particules virales (ou VLP pour Virus-Like-Particule). Ces VLP sont semblables à la capside des virus natifs mais ne contiennent pas de matériel génétique. Elles sont utilisées comme antigènes, à la base des vaccins anti-papillomavirus. Elles sont très immunogènes ; elles permettent la production d’anticorps qui assureront une protection très efficace contre une éventuelle infection par les HPV ciblés par la vaccination.

Aujourd’hui, deux vaccins sont disponibles : le Gardasil (protégeant contre les papillomavirus humains 6, 11, 16 et 18) et le Cervarix (contre les papillomavirus 16 et 18). Un troisième, le Gardasil 9 (contre les papillomavirus 6, 11, 16, 18, 31, 33, 45, 52 et 58) devrait être prochainement disponible sur le marché en France.

Le lien de la page du site Lasker présentant les lauréats :

http://www.laskerfoundation.org/awards/show/hpv-vaccines-cancer-prevention/

 

En 1986, Luc Montagnier fut le récipiendaire du prix Lasker, avant de se voir décerner en 2008, le prix Nobel de Médecine/Physiologie qu’il partagera avec Françoise Barré-Sinoussi pour la découverte du VIH. Le Pr Harald zur Hausen, fut le troisième lauréat du prix Nobel 2008, pour ses travaux sur les papillomavirus responsables du cancer du col de l’utérus.

Image de microscopie électronique gracieusement fournie par Pierre Coursaget, INSERM U618, Tours, France.

Des pseudo-particules d’HPV16 ou VLP constituées de protéines de capside mais ne contenant pas l’ADN du virus, sont à la base des vaccins prophylactiques dirigés contre l’HPV16, le type d’HPV le plus carcinogène.