La vaccination prophylactique contre les HPV est une stratégie très efficace de prévention des infections par ces virus et des lésions associées. Trois vaccins prophylactiques contre les HPV sont actuellement disponibles : Cervarix® (GSK) qui cible les HPV16 et 18, Gardasil® (MSD) qui cible les HPV16 et 18 ainsi que 2 HPV bas risque, les HPV6 et 11, et Gardasil 9 (disponible depuis septembre 2018) qui cible les HPV 6, 11, 16, 18, 31, 33, 45, 52 et 58.

Ces vaccins sont composés de protéines virales L1 produites in vitro (c’est-à-dire produites en laboratoire) et qui s’assemblent spontanément en capsides virales vides, non infectieuses et non oncogènes appelées pseudoparticules virales ou VLP (virus-like particles). Ces vaccins stimulent la production d’anticorps dirigés contre la protéine de capside L1 des HPV. Chez les personnes vaccinées, ces anticorps empêchent l’infection par les HPV ciblés.

En France, la vaccination a été initialement recommandée pour les adolescentes entre 11 et 14 ans révolus, avec un rattrapage possible jusqu’à 19 ans révolus. Cette vaccination avait pour but de prévenir les lésions du col de l’utérus, de la vulve, du vagin et de l’anus. En 2019, la Haute Autorité de Santé a recommandé d’étendre la vaccination contre les HPV à tous les adolescents, garçons et filles (https://www.has-sante.fr/jcms/p_3135747/fr/la-has-recommande-de-vacciner-aussi-les-garcons-contre-les-papillomavirus). En effet les HPV sont aussi responsables de lésions chez les garçons au niveau du pénis, de l’anus et de la gorge. Depuis le 1er avril 2020, la vaccination de tous les adolescents de 11 à 14 ans est inscrite au calendrier vaccinal (https://solidarites-sante.gouv.fr/prevention-en-sante/preserver-sa-sante/vaccination/calendrier-vaccinal). Le rattrapage est possible jusqu’à 19 ans révolus. La recommandation concernant les garçons ne sera applicable qu’à partir de 2021, car il existe actuellement des tensions d’approvisionnement sur le vaccin contre les HPV.

Les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) constituent une population particulièrement à risque pour les lésions pré-cancéreuses de l’anus, les cancers de l’anus et les condylomes associés aux HPV. Dans cette population, la vaccination est donc recommandée en rattrapage jusqu’à l’âge de 26 ans.

La vaccination des jeunes filles contre les HPV ne les dispense pas de participer, à partir de 25 ans, au programme organisé du dépistage du cancer du col de l’utérus (Page dédiée sur le site de l’INCa). (Voir aussi la page dépistage de l’onglet prévention.)

Liens utiles :

Calendrier vaccinal du Ministère des Solidarités et de la Santé

• Questions-Réponses sur le site de l’Institut national du cancer « Vaccination contre les HPV et cancers » avec ce lien

• Concertation citoyenne sur la vaccination avec le lien

• Le site vaccination-info-service.fr 

Fiche repère de l’Institut National du Cancer

•  Rapport du HCSP sur la place du Gardasil 9® dans la prévention des infections à HPV

• Le site Infovac

Page mise à jour en avril 2020